• Yokai

      Les Yōkai

     

    YokaiOiwa

     

     

    Le Yōkai (妖怪), mot japonais dérivé du chinois : 妖怪 ; pinyin : yāoguài ; littéralement : « monstre bizarre », également appelé en coréen yogwi (hangul : 요괴), désigne un « être vivant, forme d'existence ou phénomène auxquels on peut appliquer les qualificatifs extraordinaire, mystérieux, bizarre, étrange et sinistre ».

     

    Yokaikappa

     

     

    D'origine incertaine mais supposées provenir de la culture animiste des premiers habitants de l'archipel, ces manifestations s'insèrent dans de courts récits compilés entre la fin du xie siècle et le début du xiie siècle, au cours de l'Époque de Heian, dans le Konjaku monogatari shū (今昔物語集, lit. « Recueil d'histoires qui sont maintenant du passé »), recueil de légendes et faits historiques du Japon ancien. Les premières représentations connues de yōkai datent de l'Époque de Muromachi, où elles connaissent un grand succès. Les Hyakkai zukan peints au xviiie siècle sont l'une des plus connues. Êtres surnaturels, monstres, esprits, les yōkai revêtent une multitude de formes et font partie intégrante de l'imaginaire japonais depuis les temps les plus reculés. Avec la modernisation de l'archipel au xixe siècle, ils furent brusquement ravalés au rang de simples superstitions.Remis au goût du jour à la fin des années 1950 par Shigeru Mizuki et son manga GeGeGe no Kitarō, ces étranges créatures suscitent toujours un formidable intérêt au Japon ainsi que l'atteste le succès des dessins animés de Hayao Miyazaki et Isao Takahata du Studio Ghibli.

     

     

     

     

     

     

    Texte: Wikipédia

    Images: Wikipédia ; google image

     

     

  • Kappa

     

    Le kappa (河童?) ou kawatarō (川太郎?) est un monstre du folklore japonais, décrit comme un génie ou un diablotin d'eau. Le kappa est réputé pour chercher à attirer les humains ou les chevaux dans l'eau. Les kappas ont l'apparence de tortues anthropomorphes, parfois avec une bouche en forme de (ou à l'apparence de) bec et le sommet de leur crâne est légèrement creusé, entouré de cheveux. Cet affaissement est rempli d'eau, liquide duquel ils tirent leur puissance. Ainsi, si l'on salue un kappa à la manière japonaise (en s'inclinant), il vous salue en retour et perd toute son eau, devenant alors inoffensif. Le kappa est en effet un être très poli, même s'il aime faire de nombreuses méchancetés. Certains kappa sont cependant représentés sans cet affaissement, le sommet de leur crâne étant simplement chauve. Sa taille serait celle d'un singe, soit environ 30 cm. Son habitat connu serait les fleuves, les lacs et les étangs du nord du Japon. Selon le folklore, il aurait la longévité de la tortue, soit environ 100 ans. La plupart de leurs farces consistent à s'introduire dans les villages pour voler de la nourriture, lâcher des gaz et regarder sous les jupes des femmes. Le kappa sait très bien parler japonais et jouer au shōgi. S'il y a une nourriture qu'il apprécie plus que la chair des enfants, c'est le concombre. Ainsi, les japonais avaient coutume de jeter des concombres dans les rivières afin qu'ils n'aient pas autant à venir manger chez eux non-invités. Ce lien avec le concombre a donné le nom kappamaki à une variété de rouleau de sushi avec une tranche de concombre au milieu. Il semblerait que l'aspect capillaire des kappas ait été inspiré par celui de moines occidentaux (qui ont subi la tonsure et n'ont pas non plus de cheveux au sommet du crâne) ayant visité le Japon.

     

     

    Kappa du manga Nurarihyon no mago

    Kappa

    Kappa


    votre commentaire
  • Tsukumogami

    Les tsukumogami proviennent d'objets ou d'artéfacts qui ont fêté leur 100e anniversaire et prennent vie. Tout objet de cet âge, qu'il s'agisse d'une épée ou d'un jouet peut devenir un tsukumogami. Les tsukumogami sont considérés comme des esprits et des êtres à part entière, et non comme des objets enchantés.

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    Dans le folklore japonais, le kitsune (狐, renard) est un esprit magique (yōkai) animal polymorphe, tout comme le tanuki (狸, chien viverrin "je vais en parler plus tard"). Le kitsune a souvent été associé à Inari (je vais aussi en parler plus tard), une divinité shintoïste, comme étant son messager. Ce rôle a renforcé la conception surnaturelle du renard.

     

     

     

     

     

     

     

    Dans le folklore japonais

     Les noms qu'on leur donne sont souvent féminins, ce qui signifie que les kitsune sont perçues comme une notion féminine, on parle alors de femme-renarde (妖狐, yōko). Elles sont rusées, jouent des tours et sont douées de pouvoirs magiques. N'importe quel renard est censé devenir capable de changer de forme quand il atteint un âge avancé (souvent une centaine d'années), et ses pouvoirs ne cessent de croître avec le temps et parallèlement de nouvelles queues lui poussent. Les kitsune sont souvent associées avec la divinité du riz Inari. Au départ les kitsune étaient les messagers d'Inari, mais les deux notions ont été assimilées au fil du temps l'une à l'autre. On trouve des kitsune à l'entrée des sanctuaires d'Inari. Les kitsune sont reliées tant aux rites shintos, taoïstes que bouddhistes. Il y a plusieurs type d'esprits kitsune, tels que les kitsune spectrales (les bakemono kitsune de trois types : reiko, kiko ou koryo), ou les kitsune célestes (tenko, les renards à neuf queues, âgés de 1000 ans). Les kitsune sont, selon leur type, diaboliques (comme genko le renard noir) ou de bon augure (comme kuko, le renard aérien). Les kitsune sont souvent dotés de pouvoirs magiques importants, comme la possession, la capacité de souffler du feu, ou d'ignition en frottant leurs queues les unes contre les autres. Le plat japonais « kitsune udon » est une soupe udon qui contient du tofu frit, dont les kitsune sont réputés friands.

     

     

    Dans la culture populaire moderne

    Dans la culture populaire moderne ils peuvent aussi se manifester dans le monde onirique, créer des illusions, courber l'espace et le temps, rendre les gens fous, distinguer les illusions, contrôler l'âme et l'esprit des gens et se transformer. On les retrouve, actuellement, dans les mangas et autres éléments de la culture japonaise.

     

     

    pensez vous avoir vu un kitsuné dans un manga ou un jeux vidéo ?

     

     

    ça vous intérresse,vous en voulez plus? 

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

                                     

    Karakasa

    Le karakasa est un monstre du folklore japonais qui représente une ombrelle dotée d'un œil, de deux bras et se tenant sur une unique jambe. Son nom provient d'une ancienne variété d'ombrelles composées de bois et de papier huilé. C'est un tsukumo-gami.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique